Grand-messe de Noël sur la plus chère avenue du monde

Deux jours avant Noël en cette année deux mille douze, voilà les fidèles de l'Eglise de la Très Sainte Consommation réunis en haut de la plus belle et plus chère avenue du monde, les Champs Elysées. Chaleureusement accueillis : en effet deux cars pleins d'amis en bleu étaient déjà sur place et nous confirmèrent être venus pour les mêmes raisons que nous : la Prière.


(NOUVEAU!)    Sur les Champs Elysées le 22 décembre 2012, une prière collective au Dieu Noël, le saint père des fêtes sur-consuméristes. Un flamboyant reportage de 2 mn sur France Info, pour exiger un Noël toute l'année.

Au nom du Pognon, du Profit et du Père Noël, le Révérend bénit les fidèles rassemblés pour l'office. Devant le Drugstore Publicis, le gong sonna l'appel à la Prière. Remercions au passage les amis rapistes (rapeurs? râpés?) qui étaient venus aussi, alors que nous sommes très différents : nous croyons en Noël toute l'année, et eux refusent de regarder la Publicité !

Mais Sainte Elisabeth Badinter sut nous inspirer pour la prière à "Publicis" devant son siège social.

Après quoi, les plus pratiquants des adeptes de l’Eglise sont allés avec enthousiasme faire du lèche vitrine au sens propre du terme. Un comportement très répandu en ces temps de Noël, c'est sans doute pour cela que les amis en bleu (couleur qui complète si bien notre blanc et rouge) choisissent de nous rejoindre : en quelques secondes, ils forment une ronde autour de nous, comme pour nous encourager à plus de ferveur. Puis, tout aussi rapidement qu'ils sont venus, ils retournent prier dans leurs cars; mais ils nous accompagneront en cortège, pédibus et caribus, à défaut de métrobus, tout au long de notre pèlerinage.




Cela nous ouvre la voie pour une déambulation vers d’autres magasins sur ces Champs si fertiles.
Le cortège s'avance sur le chemin de la Croissance éternelle, vers une banque pleine d'argent (prière au Profit), un grand restaurant américain (prière à la Malbouffe), un concessionnaire d'autos qui fument (prière à la Voiture), des magasins de vêtements neufs (des Fringues, de la Mode, de la Femme et de l'Homme, des Soldes...), une Galerie Commerciale... les magasins étaient nombreux mais chacun a eu droit à sa prière.

 

Sur cette avenue que le monde entier nous envie, certainement pour ses magasins chics et bien achalandés, notre exigence de "changement maintenant" a pris une résonnance particulière. Soyez persuadés qu'elle aboutira : pour des cadeaux par milliers, pour Noël tous les jours de l'année.


 

Avant de retourner consommer,
ne manquez pas les belles videos de cette procession de Noël 2012 :


Et même des photos animées. Quelle énergie !

 

Ailleurs dans le pays, d'autres disciples sont descendus dans les rues prier par milliers :


La grande messe de la Sainte Consommation à Chambéry le 20 décembre 2012 par tvnetcitoyenne


et pendant qu'on y est : Messe à la Sainte Consommation par les_filmentropes
Au Centre commercial La Part Dieu, le Temple de la Consommation de Lyon, en 2009


 

Flash infos

A Narbonne, la messe de minuit fait sa pub

TF1 news le 20 décembre 2012

Le diocèse de Narbonne a lancé mercredi en ville une campagne de publicité, "sans arrogance mais sans complexe", appelant les catholiques à assister à la messe de minuit le 24 décembre, selon le vicaire épiscopal, Frère François.

La messe de minuit du 24 décembre fait sa pub... A Narbonne, une cinquantaine d'affiches montrant un enfant, une adolescente ou un adulte posant la question "Qui est-ce qui est en rouge et blanc et qui vient pour Noël ?" ont été placardées sur des panneaux en ville.

En plaçant leur téléphone mobile en face d'un flash-code, les passants voient la réponse : un prêtre vêtu d'une aube blanche et d'une étole rouge... et non pas le Père Noël. Il est accompagné du message suivant : "Tout de rouge et de blanc vêtus, les pères Anthony, Jean-Luc, Olivier... vous accueillent sur Narbonne pour la nuit de Noël", avec les heures des messes dans les paroisses.

"On a voulu toucher les catholiques périphériques, indifférents mais pas hostiles", a déclaré Frère François, en soulignant qu'à Narbonne il n'y avait que 1 à 2 % de pratiquants. "On essaie de réveiller la foi, de dire qu'à Noël il y a autre chose que la fête gastronomique, le chocolat ou le Père Noël", a-t-il indiqué. En 2010, le diocèse avait déjà fait une campagne d'affichage, avec un prêtre en aube courant sur un stade avec un ballon de rugby et les mots: "Pour Noël, marquez l'essai ! Foncez... à la messe de minuit".

 

Retour  l'accueil